Un air de petit Versailles et de petit Vatican

Le chanoine Antoine Durand prend sa retraite, en 1898 et décède le 22 février 1900, à l’âge de 94 ans. A cette occasion « La gazette de l’Aveyron » écrit : « Décès du curé Durand, né à Ennous en 1806. Il fut curé de Marcillac de 1854 à 1898. Par sa vertu, son intelligence, il put dominer et gouverner avec autorité sa paroisse. Il fit toujours bonne figure devant la bourgeoisie et l’aristocratie de Rodez, du département et même de l’étranger lorsque, pendant les vendanges, au temps de sa prospérité, le vallon de Marcillac était animé et qu’il avait les airs d’un petit Versailles ».
Quelques années plus tôt, en 1893, ce même abbé Durand, chanoine honoraire, curé de Marcillac, fêtait ses noces de diamant  sacerdotales. La cérémonie fut présidée par le cardinal Bourret, entouré de 40 prêtres. La maîtrise de la cathédrale de Rodez était venue à Marcillac pour la circonstance. Une scène touchante marqua les esprits lorsque le cardinal, se tournant vers le jubiliaire, se mit à genoux et lui demanda sa bénédiction. Dans son discours de réponse aux voeux du cardinal, le curé Durand apporta cette précision : « …L’église de Marcillac dépendait autrefois de celle de Conques, et le culte de Sainte-Foy a toujours été associé à celui de Saint-Martial, notre illustre patron. C’est à la suite et à l’occasion de ces brillantes fêtes que vous avez si heureusement rétablies, dans la célèbre basilique, que nous avons vu entrer successivement dans notre église : douze évêques, trois archevêques et deux cardinaux, celui de Bordeaux et celui de Toulouse, et c’est vous, Eminence, qui nous avez procuré cet honneur. A notre couronne de Pontifes, il manquait un troisième cardinal, le plus savant et le plus aimé : bénit soit celui qui vient au nom du Seigneur!… »

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

2399470cb0e8bfb40a8728d5fb0a8170[[[[[[[[[