Transport du vin au temps des rois

« …il y a quelques siècles,… le poids moyen d’un boeuf est alors seulement de 350 à 400 kg et sa taille est à l’avenant. Ces animaux de jadis feraient peut-être pitié si on pouvait les mettre à côté de l’un de ces énormes veaux que l’on vend à présent aux foires de Baraqueville ou de Naucelle. On comprend aisément que la faible corpulence de ces bêtes limite leurs prouesses à la traction. Ainsi pour mener à Rodez le vin de Marcillac ou celui du Tarn, les charrois portent une pipe de ce breuvage, nous apprennent nombre de documents du temps. Une pipe est donnée pour 450 litres, en moyenne, sa capacité variant légèrement d’un lieu à un autre. Et donc, en ajoutant au vin le poids de la futaille, le chargement du charroi va tourner autour de 500 kilos… »

 

                          (Extrait de « Imaginez un coin de Rouergue au temps des Rois » – Jean Mouret).

 

 

« L’évêque de Rodez, Mgr Vivian, qui (en 1274) avait un château à Moyrazès, se fournissait de 4 pipes de vin de « Nusses« , soit l’équivalent de 8 barriques de 225 litres… Le transport en était assuré à l’origine par mulets chargés d’outres en peaux de chèvres retournées ».

 

      (Extrait de la plaquette de la commération du centenaire de la paroisse de Nuces – 12-8-1979)

Le 3 mars 1769, Palayret, voiturier au village de Combes, paroisse de Valady, transporte avec ses mulets du vin des vignes de Mr Jouery, juge criminel au sénéchal et siège présidial de Rodez. Il doit livrer ce vin dans la cave du juge à Rodez.

Lors du déchargement un domestique de Monsieur Jouéry l’observe et remarque que l’outre vidée dans le tonneau ne contient pas du vin mais de l’eau. Aussitôt dénoncé, le muletier est jeté en prison. Il nie être l’auteur de cette fraude arguant que ce n’est pas lui qui a rempli les outres. Il finit par avouer que « l’une de ses montures s’étoit abbatue et que les deux outres avoint crevé et que le vin en étoit sorti, et que n’ayant pas osé paraître devant M. Jouéry sans lui porter les deux charges, il avoit rempli les deux outres d’eau ». On le remit rapidement en liberté.

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

mattis nec facilisis ante. eget sem, Praesent ut