Gustave et Gaston Bessière

Poème de Gaston Bessière (1925) : « Accablement »

Je te loue, ô sculpteur, qui taillas dans le grès Ce fruste vigneron à la forte encolure, Et dont les yeux semblent frappés d’une brûlure, Pour avoir lu le nom d’un fils mort, de trop près. Blouse à l’épaule, il

Chansons de Marcillac : « Lou desporti »

Chut ! escoutas, bous dise ! Ocouo’s pas lo perdise Ni mai lou posserat ; Ocouo’s, dins lo cobono, Cauque luroun que pono Un poutou plo tindat. Tout en fen lo pronjièiro, Pendent uno ouro entièiro S’entendou los consous, Pièi

Pierre Bessière

« Samedi 16 novembre 2002, nous avons accueilli la dépouille mortelle de Mr Pierre Bessière. En 1982 il s’était retiré à Cannes. Décédé en 1992, il avait été inhumé à St-Raphaël d’où est originaire son épouse. Mais il avait toujours souhaité reposer

Per Morcilhac

LOU BI DE MORCILHAC (Bourrée) Quond soui bandat Del bi de lo borrico Quond soui bandat Del bi de Morcilhac Lou bi de Morcilhac Me fa rougir lou pifre Lou bi de Morcilhac Me fa quilhar lou cap. PER MORCILHAC

Les frères BESSIERE

(Extrait de « Dins l’ort occitan » de Delfau et Mouly) « Les frères BESSIERE sont les auteurs d’un délicieux recueil de chansons, trop peu connu « Consous del Rouergue », paru en 1914 (Marqueste, éditeur, Toulouse). Les paroles sont de Gustave Bessière, (chevalier de la Légion

La grenade « VIVEN-BESSIERE »

Pendant la guerre de 1914-1918 les usines de Decazeville travaillaient aussi pour la défense nationale. Elles fabriquaient des obus de 220 et 280 m/m ainsi que des grenades quadrillées « Viven-Bessière ». A Villefranche-de Rouergue, on ouvrit également  une usine d’armement où des

« Lo binho nauto », de Gustave et Gaston Bessière

Ai uno binho ol cap del puèj, Omount, touto quilhado, Et d’ol motis dusco o lo nuèj Pel soulel bistolhado. O primalbo, li soui portit Per beire lo recouolto ; Lou cominouol èro flourit ; Tirabo lou bent d’olto Ouren

« Lou saumonsès », de Gustave et Gaston Bessière

Per que lou bi d’oquel boloun Gardé toujoun Soun biel rénoun Io pas qu’un plont que nous counbengo Un plont froncès Que l’opelèn, dins nouostre lengo, Lou saumonsés, lou saumonsés. Lou saumonsés o belo ordour Et so sentour Es uno

En visitant le cimetière

Une visite à ce lieu de mémoire est toujours émouvante.  En franchissant son seuil nous faisons un retour dans l’histoire de nos vies, de notre village. Ici reposent des milliers de nos concitoyens qui nous ont précédés : des jeunes

Poèmes « l’Ady » et « le Créneau »

    L’ADY (Extrait de « La Binho » de A. Lafeuille 1937) « Per Paris la grande ribieiro Coumo se diou, tout de prumièiro ; N’auren be prou de nostr’Ady Dé Clarabals à Balady Que, pauzat, sans bruch se permeno Cufé de