Foncourrieu

Le couvent Saint-Joseph (historique)

(Extrait de « Notre-Dame de Foncourrieu » – par l’abbé H. Alran – Rodez – Carrère éditeur – 1901). « Marcillac avait une communauté très ancienne, dite des Soeurs de l’Union ou des Soeurs du Travail. Sa fondation remonte… à l’an 1675  (Il

La chapelle du nouveau couvent

Les soeurs du travail et de la croix, dont la communauté avait été fondée, en 1682, n’étaient plus qu’une douzaine, et assez agées en 1838. Monseigneur Croizier, évêque de Rodez, appelle, alors, au couvent de Marcillac, mère Théotiste, née Sophie

La Talonie

Les Dominicains de Rodez possédaient une grange de vigne à la Talonie près de Gipoulou. On peut y  lire encore, sur le linteau de la porte, la date de 1605. Le bâtiment de l’ancienne chapelle, reconnaissable extérieurement à ses contreforts, conserve

La nouvelle école des frères (construction)

(Extrait du Bulletin du couronnement de N.D. de Foncourrieu, chap. X, paru en 1901) « Trois grands bienfaiteurs donnèrent à l’entreprise son pivot central de ressources. La famille Pradié y alla d’une somme ronde pour payer la main d’oeuvre ; la Compagnie

Lou barry

Marcillac Vallon

« Lou Barry n’était guère autre que le prolongement de la « Carieyra nova » (aujourd’hui Rue Droite). Lou Barry formait la grande avenue de notre ville, celle qui venait de Conques (1). Là était le commerce et, par suite, la richesse. Rien d’étonnant

Fortifications – Routiers.

Entre Cruou et Créneau, blotti contre son fort initial, Marcillac s’entoure de murailles dans les années 1350, pour se protéger des Anglais. Cinq portes donnent accès à la ville :  La tour Cornebariols La tour Bayssettes La tour du Cap

Fête de l’Assomption (15 août) à Marcillac

Fête de l’Assomption (15 août) à Marcillac

Après les offices solennels de la fête, la procession extérieure, dite du voeu de Louis XIII s’accomplit au sanctuaire de N.D. de Foncourrieu. A la tombée de la nuit a lieu l’illumination de la grande statue de l’Immaculée, sur le boulevard.

Patrimoine perdu

Le 16 avril 1874, Monseigneur Bourret, évêque de Rodez, effectue une visite diocésaine à la paroisse de Marcillac et donne la confirmation à 200 enfants (120 garçons et 80 filles). Son rapport de visite fournit une description très détaillée des biens

La révolution de 1789

« La grande poou » (la grande peur). En juille1789, les évènements de Paris font courir, à travers la France, les bruits les plus alarmants. Une terreur panique, « la grande poou », parcourt le pays. La nouvelle vole de villes en villages, que des

Les grandes épidémies, hôpitaux.

L’hôpital de la Madeleine, près de Combret, accueillait déjà des lépreux au XIII° siècle. Une maladrerie (hospiciis comitatibus) existe aussi à Marcillac. Ce n’est pas sans besoin quand on sait qu’en 1348 la peste décime la population. La peste sévit à Rodez,

de086c60cb99694e37be8110d9c68f119999