Shoah

La plaque ci-contre est apposée contre le mur extérieur de la salle des fêtes de Marcillac-Vallon. Le 4 février 2008, Serge Klarsfeld, avocat, historien et animateur de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France, et son épouse Beate, sont venus à Marcillac dévoiler, au cours d’une cérémonie digne et poignante, une plaque nominative en mémoire des 25 Juifs raflés dans le Vallon en 1942 et 1943, et morts en déportation « pour la seule raison d’être juifs, d’être nés ». 

Une loi du 4 novembre 1941 impose aux maires des villes et des chefs-lieux de canton ruraux de dresser méticuleusement la liste des étrangers juifs avec mention du lieu de leur habitation.

Le 26 août 1942, les gendarmes arrêtent en Aveyron 176 juifs, dont 30 à Valady et Nuces, qui gagnent le camp de Rivesaltes pour une destination inconnue. Les 20 et 24 février 1943, d’autres sont arrêtés à Nauviale, notamment, et déportés vers Gurs et Drancy.

Vingt-cinq de ces juifs étrangers dont 6 enfants qui étaient venus se réfugier dans le Vallon sont raflés à Marcillac-Vallon, Valady, Nuces, Pruines, Villecomtal, et Saint-Cyprien-sur-Dourdou en 1942 et 1943 et mourront assassinés à Auschwitz, Maidanek ou Sobibor.

De son côté, l’abbé Philémon Dumoulin (1897-1983), ancien vicaire de Marcillac, où il a dirigé pendant 11 ans la Lyre Saint-Bourrou, a été nommé curé de Vimenet de 1936 à 1961. Dans sa nouvelle paroisse, il a organisé la protection de 27 juifs, ses fonctions de secrétaire de mairie lui permirent de faire de faux-papiers, ce qui lui a valu d’être reconnu « juste parmi les nations » en 2007.

 

 

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

3956dc1cae9c375d22b66a46041acce2:::::::::::::::::::