RETOUR SUR LA PRESSE DE L’ANNEE 1963

  • En 1963, les foires de Marcillac ont deux atouts majeurs : les porcelets et les ovins. Pour les porcelets, le marché initial n’est plus suffisant et déborde au long de la Murette. Les apports viennent de fort loin et les marchands s’amènent nombreux, eux aussi, de départements pourtant éloignés du nôtre. Marcillac reste, par le marché des brebis et des ovins en général, un centre important de transaction et un test indiscutable pour ce négoce régional.
  • A la foire du 18 février, la municipalité innove en mettant à disposition des parcs à brebis, ce qui oblige camionnettes et bétaillères à libérer désormais le champ de foire.
  • On recommence à planter de la vigne, à partir de 1963, surtout dans la région de Clairvaux et Valady.
  • A la suite de l’été pourri, la vendange ne commencera point, dans le Vallon, avant la 2° quinzaine d’octobre.
  • Sur 90 déclarations de récolte, six seulement ont atteint le degré de commercialisation des vins, soit 8,5°, et trois n’atteignent pas 7°. Mr Auzel, conseiller général du canton, en session du Conseil Général, a exprimé le voeu que ce degré, en raison des intempéries et calamités de l’année 1963, soit exceptionnellement ramené dans l’Aveyron à 7,5° ou 8°.
  • A Ferrals, MMrs Bêche, Bolton et Blanca gèrent la nouvelle champignonnière, dans les anciennes mines de fer, qui emploie 12 hommes et 4 femmes. Le siège social est à Marcillac.
  • On crée à Manuval un atelier de peinture. L’usine dispose encore de 17.000 m² le long du Cruou pour une extension future.
  • Conséquence de l’installation de l’usine, en février 1963, soixante-cinq Espagnols habitent à Marcillac.
  •  Nivellement d’un terrain devant Manuval pour y faire un terrain de sport.
  • Construction d’un grand garage-station-service, avenue de Moulines.
  • Construction d’un nouveau bassin à Roquevert pour l’alimentation en eau potable du lotissement « Las Loyes ». En décembre, on commence à y bâtir la première maison.
  • A fin février, 43 appareils de télévision fonctionnent à Marcillac. Mise en service d’un deuxième relais de télévision.
  • Le Conseil Municipal envisage l’achat d’un camion-benne pour enlever les ordures ménagères 3 fois par semaine (ma. je. sa.)
  • Agrandissement du couvent Saint-Joseph.
  • Les six congrégations diocésaines de Saint-Joseph (Marcillac, Clairvaux, Salles-la-Source, Villecomtal, Estaing, Millau) décident de s’unir en une seule et d’établir la nouvelle maison-mère à Rodez.
  • Le curé-doyen de Marcillac a 28 prêtres sous sa coupe dans le doyenné.
  • (29 janvier) 73 donneurs de sang ont participé à la « Journée du sang » à Marcillac.
  • (12 novembre) Décès de Mr René Reyjal, pharmacien à Marcillac, qui avait créé ici une pharmacie de gros.
  • Mr Pagnès, secrétaire de mairie et chef de l’Harmonie, nous quitte pour aller occuper le poste de rédacteur de l’état-civil à Saint-Ouen. Il est remplacé par Mme Houriès.
  •  Mr Reygade, ancien soliste de la Lyre Decazevilloise prend la direction de l’Harmonie de Marcillac.
  • Mr Fourcade, contrôleur des contributions indirectes à Marcillac, nous quitte pour rejpoindre son nouveau poste à Villefranche-de-Rouergue.
  • Mr Estève, gendarme à Marcillac depuis 20 ans, prend sa retraite.
  • Mr Pons, retraité mineur, demeurant route de Malviès, remporte le 1er prix départemental au concours des villages fleuris, dans la catégorie « maison avec jardin visible de la rue »; La revue « Rustica » lui attribue pour ce prix un Louis d’or de 20 francs.
  • Au palmarès général du concours national des maisons fleuries, 3° catégorie, Gabriel Théron, de Marcillac, s’est classé 17° et a obtenu un prix de 300 francs.
  • Les Tréteaux laïques jouent « La poudre aux yeux » et « Les trente-cinq sous de Mr Montaudouin » de Labiche.
  • A Marcillac, l’Office de Tourisme de l’Aveyron offre, à la demande, le matériel complet de camping (tente, lit, popote) pour quatre, 5 francs par jour (soit 1,25 frs par personne).
  • Une restructuration du département, en fonction de la carte scolaire, prévoit un découpage en 9 disrtricts socio-économiques, pour recevoir des équipements scolaires complets. Celui de « Marcillac » englobera 3 cantons et 18.000 habitants.
  • (novembre) Reprise des séances de vulgarisation ménagère à la mairie.
  • Création, à Marcillac, de l’association « La cité des jeunes » pour animer, dès l’été 1963, le Centre aéré qui va fonctionner à Salles-la-Source, pour les enfants du Vallon de 8 à 14 ans.
  • Pour la Saint-Bourrou, on danse avec André Thivet (cour des écoles), Henri Fraysse (salle du cinéma), Adrien Pradels (salle Gaffier), et Edouard Gral (sous les platanes). Mgr Ménard préside la messe à N.D. de Foncourrieu.
  • (21 juillet) Beau succès de la fête d’été – kermesse de l’A.P.E.L. qui s’achève par la très belle représentation de « L’Arlésienne » donnée, en plein air, dans le pré de Bannes, par la troupe artistique de Cayssiols, dans un décor Son et Lumière.
  • (17 février) Le curé Cance lance une grande mission paroissiale, prêchée par les missionnaires diocésains, qui durera trois semaines. La précédente remonte à 1948 au temps où le chanoine Albouy était curé-doyen.
  • (25 août) Une nouvelle route permet aux automobilistes d’accéder à la chapelle de Saint-Jean-le-Froid pour le grand pélerinage régional.
  • Le cinéma Citix s’est équipé d’appareils et d’un écran panoramique en cinémascope.
  • Le lendemain du Conseil de révision, les commerçants de Marcillac ont la surprise de découvrir, sur leur devanture, une affiche ainsi libellée : « Aujourd’hui grandes soldes. Baisse de 10% ».
  • Régine Derrendinger remporte le Championnat de l’Aveyron de triathlon junior.
  • Alfred Portal, d’Alègre, a été nommé agent évarronneur par arrêté municipal.
  • Le sergent-pompier Clément Rche est promu adjudant.
  • Louis Cammas, de Solsac-Vieux, abat un sanglier, d’un poids respectable, venu visiter sa porcherie.
  • l’Amicale Laïque offre un prix de 10 frs à Raymonde Pégorié reçue première du canton au C.E.P. et un prix de 5 frs à Lucien Perget reçu 2°, tous deux élèves des écoles publiques de Marcillac.
  • L’A.S.M. évolue en championnat de première division de football de l’Aveyron. L’équipe qui a affronté Entraygues était composée des joueurs suivants : Forrichon, Pastor, Sirvain, Lacroix, Escalera, Auzel, Marty, Sichi, Martinez, Maura, et Azema.
  • – Football : rencontre Marcillac-Blaye-les-Mines (4 à 4 après prolongations). Blaye remporte le match au bénéfice des corners. Marcillac aurait dû le gagner, mais le ballon (trop usagé) éclatait sur un shoot d’Azema repris par Auzel, avant d’entrer dans les buts de Blaye. L’arbitre refusa le but, le « cuir » n’étant pas jouable !

 

(Extrait du bulletin Municipal n° 6 – Janvier 2013 – Spécial Associations)

Originally posted 2013-01-08 12:58:26. Republished by Blog Post Promoter

RETOUR SUR LA PRESSE DE L’ANNEE 1963

– En 1963, les foires de Marcillac ont deux atouts majeurs : les porcelets et les ovins. Pour les porcelets, le marché initial n’est plus suffisant et déborde au lond de la Murette. Les apports viennent de fort loin et les marchands s’amènent nombreux eux aussi, de départements pourtant éloignés du nôtre. Marcillac reste, par le marché des brebis et des ovins en général, un centre important de transaction et un test indiscutable pour ce négoce régional.

– A la foire du 18 février, la municipalité innove en mettant à disposition des parcs à brebis, ce qui oblige camionnettes et bétaillères à libérer le champ de foire.

– On recommence à planter de la vigne à partir de 1963 surtout dans la région de Clairvaux et de Valady.

– A la suite de l’été pourri, la vendange ne commencera point, dans le Vallon, avant la 2éme quinzaine d’octobre.

– Sur 90 déclarations de récolte, six seulement ont atteint le degré de commercialisation des vins, soit 8,5° et 3 n’atteignentpas 7°. Mr Auzel, conseiller général du canton, en session du Conseil Général, a exprimé le vœu que ce degré, en raison des intempéries et calamités de l’année 1963, soit exceptionnellement ramené, dans l’Aveyron à 7,5 ou 8°.

– A Ferrals, Mrs Bêche, Bolton et Blanca gèrent la nouvelle champignonnière, dans les anciennes mines de fer, qui emploie 12 hommes et 4 femmes. Le siège social est à Marcillac.

– On crée à Manuval un atelier de peinture. L’usine dispose encore de 17.000 m² le long du Cruou pour une extension future.

– Conséquence de l’installation de l’usine, en février 1963, sixante-cinq espagnols habitent à Marcillac.

– Nivellement d’un terrain devant Manuval pour y faire un terrain de sport.

– Construction d’un grand garage-station-service, avenue de Moulines, en face de l’usine.

– Construction d’un nouveau bassin à Roquevert pour l’alimentation en eau potable du lotissement « Las Loyes ». En décembre, on commence à y bâtir la première maison.

– A fin février, 43 appareils de télévision fonctionnent à Marcillac. Mise en service d’un deuxième relais de télévision.

– Le Conseil Municipal envisagel’achat d’un camion-benne pour enlever les ordures ménagères 3 fois par semaine (ma. je. sa).

– Agrandissement du couvent Saint-Joseph.

– Les six Congrégations dioc

71ebc799a9feca9af3ba5154caa9620c111111111111111111