Polémique cocasse du XIX° Siecle

(Extrait du « Journal de l’Aveyron » du 17 mai 1888)

« Les girondins étaient, je crois, 22 au soir du banquet funèbre. Nous avons, nous, nos 22 jacobins prêts à sceller, non pas de leur sang mais, de l’apostasie leur attachement au laïcisme… Voilà nos 22 qui prennent feu et parlent de désertion et d’appeler un ministre protestant. Eh, mon Dieu ! Cela se peut faire moyennant finances. Le protestantisme est devenu de nos jours très accueillant, très élastique. Il y a bien encore, ici et là, tel ministre vieillot, rétrograde, qui trouverait suspecte cette graine marcillacoise de huguenots, mais il en est d’autres, et j’en connais, qui presseraient volontiers sur leur sein nos révoltés, nos 22 libres-penseurs. Va donc pour le nouveau prêche et j’y retiens ma place de curieux. Comme scène de comédie cela ne ferait pas mal, les 22 groupés au pied de la nouvelle  chaire, par dépit à l’évangile réformé, à entonner le choral de Luther, au lieu des litanies qui leur portent sur les nerfs. Qui sait si, après avoir tâté, à leurs frais, des cultes libres et payants, ils ne finiraient pas par plaindre leurs adversaires obligés, eux aussi, de  payer leurs écoles libres et les  maîtres de leur choix!… »

                      

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

85125e60d9ad527631fbddf540e951519999999999999999