Pentecôte à Marcillac et pélerinages en 1871

DIMANCHE DE PENTECOTE : Le matin on ne fait pas la procession dominicale. Le soir après vêpres on va en procession jusqu’au calvaire.

LUNDI DE PENTECOTE : Les offices se font comme le dimanche. C’est la fête des vignerons. La messe de 6 h est dite et chantée pour eux.

Les processions arrivent à Foncourrieu dans l’ordre suivant :

–   1° à 6 h  :  la paroisse du Grandmas

–   2° à 7 h  :  celle de Valady

–  3° à 8 h  :  celle de Saint-Christophe

–  4° à 10 h 30 celle de Cadayrac.

 

La messe de Cadayrac ne commence qu’à 11 h pour permettre que les pélerins qui arrivent par le train de 10 h puissent l’entendre. Après chaque messe le curé donne l’offrande et reçoit des petits enfants qu’on apporte en grand nombre. Le nombre des pélerins qui arrivent, ce jour-là, à la chapelle est de 1.500 à 1.800 environ. Pour éviter les chants profanes autour de la chapelle pendant les messes et autres désordres qui pourraient arriver, Monsieur le curé de Marcillac fera bien, selon l’usage, de prier le commissaire de police ou le brigadier de la gendarmerie, de vouloir bien venir voir ce qui se passe vers les huit heures ou neuf heures, au moment où il y a le plus de monde. Après la messe du pélerinage, les hommes les premiers, les femmes après eux, montent au choeur pour baiser le reliquaire de la chapelle et sortent par la porte de la sacristie, les allées du prieuré et les allées du jardin.

 

–   La paroisse de Combret vient en procession à la chapelle à un jour libre,  pendant la semaine, fixé par Monsieur le curé de Combret.

–   La procession de la paroisse de Saint-Austremoine et celle de Balsac arrivent ordinairement le premier dimanche du mois de mai.

–   Pour celle de la paroisse de Cougousse le dimanche n’est pas bien déterminé.

 

Chaque fois qu’une procession étrangère arrive ou repart on prévient le carillonneur de Marcillac qui sonne les cloches à la volée.

 

                               (Extrait du »Coutumier de la paroisse de Marcillac » dressé par le curé Durand, en 1871).

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

felis mattis Donec commodo id, libero fringilla Curabitur