LES ORIGINES DE L’HARMONIE DE MARCILLAC

(extrait du bulletin municipal de Marcillac n° 1 – année 1978)

« Marcillac fut toujours un pays d’humeur joyeuse ; influence certainement dûe à son vin fameux dont la vocation première « est de réjouir le coeur des hommes ».

De tout temps on a chanté ; pendant le labeur quotidien, aux repas d’amis ou au soir des vendanges ; la « Musique » était donc depuis longtemps innée parmi les gens de ce terroir.

Ce fut ainsi qu’en 1876 vit le jour, la première Société Musicale de notre cité, dénommée : « LA LYRE SAINT-MARTIAL ». Un instituteur communal, venu de Rodez : Monsieur GUISE, la dirigeait ; elle rassemblait des musiciens de toute tendance et les répétitions avaient lieu dans un immeuble de la Place du Centre.

Probablement en raison des lois Jules Ferry, vers 1882, cette société connut des soubressauts au sein de son activité et ses participants se séparèrent. Monsieur GUISE, continua pourtant en dirigeant « l’Union Musicale », qui fut fondée, en 1885, comme cela est mentionné sur sa bannière offerte par les Dames de Marcillac.

L’abbé MARTY créa, en 1886, « la Lyre Saint-Bourrou », composée surtout de vignerons, d’où son vocable.

Ainsi Marcillac, canton rural, connut pendant longtemps deux sociétés musicales, celle du vicaire et celle de l’instituteur ; chacune se partageait la célébration des cérémonies nationales et des fêtes votives des environs ; cette rivalité musicale amenait une émulation et un recrutement soutenu.

Ces deux sociétés connurent des chefs successifs jusqu’à 1914 ; pour l’Union Musicale, après Monsieur Guise, ce furent les instituteurs : MASSON et VERNHETTES, morts au Champ d’Honneur, un mois environ avant l’armistice 1918.

Pour la Lyre Saint-Bourrou, c’étaient les vicaires : MARTY, ROUQUETTE, RIGAL, BOURDONCLE. La guerre 1914-1918 arrêta l’activité de ces sociétés et opéra, malheureusement des coupes sombres parmi leurs membres ; il était normal de penser que tant de deuils auraient influés sur la position des deux musiques ; mais non, chacune reprit son activité séparée.

Pour l’Union Musicale, ce fut un excellent musicien du lieu, Monsieur Théophile LAURENT qui en assura la direction, reprise ensuite par des instituteurs, principalement Messieurs BUFFAROU, LEMAIRE, DIET, ALBOUY, COULOMB.

A la Lyre Saint-Bourrou, l’abbé LACOMBE prit la baguette de directeur, suivi de l’abbé DUMOULIN, lequel donna une nouvelle impulsion à la LYRE, qui célébra son cinquentenaire, en 1936, par un festival de musique à Marcillac.

L’abbé COMTE assura la direction de la société jusqu’à la déclaration de guerre 1939. Evidemment toute activité musicale fut interrompue de part et d’autre pendant plus de cinq ans.

A la libération les deux bureaux se réunirent et prirent l’heureuse décision de rassembler dans une société unique les anciens musiciens de la LYRE et de l’UNION.

Spontanément d’ailleurs, les sociétaires de chacune d’entre elles, avaient ensemble célébré en musique, le 8 MAI 1945. Des statuts furent ensuite élaborés, par les bureaux respectifs et acceptés par les sociétaires. Ils furent approuvés en préfecture le  20 janvier 1946. Ainsi naquit officiellement « L’HARMONIE DE MARCILLAC » suivant l’article statutaire n° 2.

L’article n° 3 ajoute « L’union réalisée l’a été dans le but d’assurer, pour le bien général du pays, l’entente entre les éléments des deux sociétés ».

Le premier bureau de l’Harmonie fut ainsi élu, début 1946 :

Présidents d’Honneur : Messieurs Jean LACAZE, maire de Marcillac et ALBOUY, curé doyen.

Président                        :  Monsieur Jean AUZEL.

Vice-Présidents              : Monsieur J. DELAURE – Monsieur LAURENS.

Secrétaire                        : Monsieur Louis BEDOS.

Trésorier                          : Monsieur Edouard BIBAL.

Assesseurs                       : Messieurs BORIES – CASTELBOU – GARY – ROUALDES.

Le premier chef de musique fut Monsieur François DERRENDINGER, secrétaire de mairie, ancien directeur de l’Harmonie Municipale de Boulogne. Sous sa compétente direction, notre société, composée alors de quarante membres, put, par la valeur de ceux-ci, exécuter des programmes de qualité.

Mais la relève des anciens ne pouvait être régulièrement assurée. Le recrutement devenait difficile. Les jeunes étaient attirés par l’exode ou par d’autres disciplines, sportives par exemple. Messieurs Jules Delaure et Théophile Laurens, deux Marcillacois, animés d’un idéal commun, l’amour de la musique, prirent la succession de Monsieur Derrendinger, pour assurer pendant quelques temps la direction de l’Harmonie.

A leur départ, un secrétaire de mairie : Robert PAGNEZ, prit en main l’Harmonie avec tout son coeur et son savoir. Ce fut ensuite Monsieur RAYGADE, qui s’occupa de la société. Monsieur MOREAU, de Salles-la-Source, dirigea ensuite l’Harmonie. Il y forma tambours et clairons qui assuraient des défilés plus consistants. Pour raison de santé, il abandonna, à l’époque, la direction, mais aujourd’hui reste encore membre dévoué. Monsieur EGGER venant de la LYRE DECAZEVILLOISE, habiter Marcillac, fut nommé directeur ; mais ses obligations professionnelles l’appelèrent à Rodez.

L’Harmonie se trouvait un peu au creux de la vague ; mais la musique a encore chez nous de fervents serviteurs. C’est alors que Monsieur Emile LUIS, excellent musicien, directeur du Primaire, formé, lui aussi, à la Lyre Decazevilloise, prit la direction de l’Harmonie où il fut activement aidé par Monsieur Maurice MOULY qui, avec patience, sut préparer des jeunes aux disciplines musicales : solfège et pratique des instruments.

Petit à petit la relève avançait. Des progrès importants furent vite réalisés et Monsieur Luis, qui est actuellement, en plus, conseiller pédagogique musical pour le département, peut diriger une société où l’enthousiasme des jeunes se mêle à la persévérance des anciens et dont le style est à la mesure de notre époque.

Au 14 juillet dernier, les 25 musiciens de l’Harmonie défilaient pour la première fois dans une tenue uniforme bleu marine, portant fièrement l’écusson de Marcillac.

Ce Marcillac, qui ne serait point le même, s’il n’y avait encore, pour rehausser nos défilés, nos festivités, une équipe de musiciens, héritiers d’une tradition séculaire, toujours prête à se mettre au service de tous, pour la joie de tous.

A l’Assemblée générale du 15 septembre 1977, le bureau suivant fut formé :

Présidents d’honneur : Monsieur le Dr PERIE, Maire, Conseiller général – Monsieur Jean AUZEL.

Président                       : Monsieur Edouard BIBAL.

Secrétaires                     : Messieurs MADRIERES et LACOMBE.

Trésoriers                       : Messieurs MOULY et CUSSAC.

Directeurs                       : Chef de l’Harmonie : M. Emile LUIS – sous-chef M. MOULY.

Délégué des jeunes        : Claude LAFON.

Archiviste                         : Responsable du matériel : Monsieur Clément ECHE.

« LA PRATIQUE DE L’ART MUSICAL EST SOURCE DE JOIE, D’AMITIE ET DE RENCONTRE » (Debussy)

L’Harmonie de Marcillac, elle aussi, veut tout cela…….

I. MADRIERES « .

Harmonie Marcillac

 

 

 

 

 

 

 

 

Originally posted 2013-02-21 17:27:18. Republished by Blog Post Promoter