Les armes de la ville de Marcillac-Vallon

Préambule : Des PANAT aux Comtes de RODEZ

« Hugues IV (comte de Rodez) succéda à son père vers l’an 1222. Il eut, peu de temps après, une contestation avec l’évêque Pierre d’Henri de la Treille, au sujet de l’hommage que l’évêque prétendait lui être dû par le comte, pour les châteaux de Peyrebrune, Thoels, Coupiac et Caïstort. Ils soumirent leurs differens à des arbitres, qui déclarèrent, en 1226, les deux châteaux de Coupiac et de Caïstort seulement soumis à l’hommage. Le comte faché de se voir vassal de l’évêque, voulut se redimer de cette sujetion ; c’est pourquoi il vendit ces deux terres en 1238, à Archambaut de Panat, qui lui céda en échange, les droits et revenus qu’il avoit dans les ville et mandement de Marsillac et de Salles-Comtaux ».
… »En 1279, Guillaume d’Estaing donna à Henri, comte de Rodez , tous les droits qu’il avoit sur la tour de Mouret, sur le château de Salles, sur Marcillac, Pruines, Lunel, Sébrazac et dépendances ».

 

Aux temps anciens, les armes de Marcillac étaient : « de gueules à trois besants d’or 2 et 1 ».  Elles étaient donc très ressemblantes à celles de la ville de Rodez qui étaient « de gueules à trois roues d’or 2 et 1 ».

Au début des années 1950, le Conseil Général de l’Aveyron a souhaité que chaque chef-lieu de canton soit pourvu d’un blason. Avait-on oublié que Marcillac en avait un ? On confia à l’héraldiste Robert Louis, de Vincennes, le soin d’en dessiner un nouveau qui se présente ainsi : « de gueules au léopard lionné issant de la pointe (Comte de Rodez) et tenant de sa dextre un pampre, le tout d’or, au chef parti au premier : d’azur, semé de fleurs de lis d’or, au chef d’or (Comte d’Estaing) ; au deuxième d’argent au sautoir de gueules (Comte de Panat) ».  Le conseil municipal l’a approuvé le 28 décembre 1952 et adopté le 1er février 1953.

Ainsi donc, le nouveau blason de Marcillac arbore les armes qu’Henri, comte de Rhodez et  de Carlat, portait, en 1218, à  la 5° croisade, à savoir : « de gueules au léopard lionné  d’or »  personnalisé,  pour la capitale du vigne » >vignoble rouergat, par le rajout d’un pampre.

De même, grace aux armes des  » d ‘Estaing », figurant au chef, notre blason bénéficie, pour partie, des armes du Roi de France. Il faut savoir, en effet , qu’en 1214, à la bataille  de Bouvines, Dieudonné dit Tristan, duc représentatif du duché de Narbonne, Prince de Rouergue, Baron d’Estaing et de Montigni, sauva la vie du Roi de France, Philippe Auguste. En récompense de ce service, le roi lui donna, pour lui et ses descendants, le privilège de porter les armes de France. Plus tard, quand les princes cadets de la maison royale ont été obligés de briser leurs  armes pour les distinguer de celles du roi, les seigneurs d’Estaing ont aussi rajouté, à leurs armes, un chef d’or pour brisure.

 

Originally posted 2014-06-25 12:01:42. Republished by Blog Post Promoter

mattis ut consectetur id ante. Sed Curabitur leo. ut massa dolor.