Le Pont Rouge

Construit, en 1855-1856, à la porte même de Marcillac, il est ainsi désigné dans le pays parce que bâti en briques et grès rouge. Il est le dernier vestige marquant la naissance de l’ère industrielle et sidérurgique du milieu du 19° siécle en Aveyron.  Dessiné par l’ingénieur François Cabrol, créateur des usines de Firmi et de Decazeville, il fut construit  pour supporter la voie de chemin de fer  du train qui allait transporter le minerai de fer de Mondalazac à Decazeville.

Du style le plus classique, cette élégante construction, antithèse si l’on veut, du viaduc de l’Ady, fait encore grand honneur à M. Cabrol.

Composé de 15 arches, il a une longueur totale de 150 mètres. Il débouche à chaque extrémité sur un tunnel, enjambant au passage la route de Marcillac à Rodez et la rivière de Créneau.

Tout comme pour le viaduc de l’Ady (dit Pont de Malakoff) c’est M. Scudier qui en surveilla l’exécution. M. Cabrol lui avait déjà confié le tracé et la construction de la ligne, et, en s’acquittant de cette tâche, il avait fait preuve non seulement de talent, mais aussi de la plus grande habileté dans les négociations avec les propriétaires dont on traversait les terrains.

 

Centre-Presse du 24 août 1994 nous précise :

« Sur ce viaduc sont passées, entre 1856 et 1910 une moyenne de 35000 tonnes par an de minerai de fer, sur un chemin de fer à voie étroite à l’écartement de O,66 m. L’acier réalisé fut principalement utilisé à la fabrication de rails pour la toute naissante compagnie du P.O. qui construisait les lignes ferroviaires du sud-ouest de la France, à cette époque.

La fin de la Grande Guerre 1914-1918 sonna le glas de l’exploitation. L’Alsace-Lorraine étant réintégrée à la France. La teneur du minerai Lorrain enfonça la production locale. En 1921, fermeture du site de Mondalazac. Dès lors une circulation restreinte se poursuivit principalement pour livrer la dotation de charbon accordée aux anciens mineurs.

La dépose de la voie entre Firmi et Marcillac eut lieu dans les années 1936 et l’irrémédiable se produisit en 1942 par la démolition du pont de Malakoff.  »

 

Durant de nombreuses années, abandonné aux caprices du temps le « Pont Rouge » court vers sa destruction. En 1992 un incident éveille la sensibilité collective et provoque sa rénovation partielle à la satisfaction de tout le monde.

 

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

d5aa0c6e266197c2c20e2b9f68e5df4dQQQQQQQQQQ