Le chemin de fer aérien de Mondalazac à Marcillac

Le coût élevé du transport du minerai de fer, par traction animale, entre la mine des Espeyroux et Marcillac, a préoccupé tous les directeurs de la S.A. Commentry-Fourchambault-Decazeville qui se sont succédés à Decazeville après l’ouverture de la ligne de chemin de fer à voie étroite reliant Marcillac à ce site industriel.

Ils étudièrent plusieurs projets pour prolonger cette voie ferrée jusqu’à la concession de Mondalazac.

En 1863, on avait dressé un avant-projet qui ne différait pas essentiellement du projet qui a été exécuté par la compagnie decazevilloise, mais la mauvaise situation financière de celle-ci ne permit pas, alors, de lui donner suite.

De 1879 à 1881 M. Petitjean, administrateur délégué, a fait étudier pas moins de 8 projets tendant à relier la mine à Marcillac par la rive gauche du Cruou en utilisant : chemin de fer ; plan incliné, avec ou sans tunnel à Solsac ; ou encore un chemin de fer aérien direct de Férals à Marcillac.

Un arrêté préfectoral du 2 juin 1893, confirmé le 6 janvier 1894, a  autorisé la compagnie à poser une voie ferrée sur l’accotement nord du chemin de grande communication du Cruou.

Il n’était question, à ce moment-là, que de traction par chevaux. On choisit cependant des rails suffisamment résistants pour permettre l’emploi ultérieur de locomotives, si cette solution était reconnue avantageuse. Avec la voie de garage placée au bas de la côte et les raccordements au plateau, la voie qui fut construite s’étirait sur 7.400m.

Le 2 octobre 1907, la société présenta le plan d’ensemble d’un chemin de fer aérien automoteur qui « partira de la mine des Espeyroux (concession de Solsac et Mondalazac) et aboutira au chemin de fer de Marcillac à Decazeville, près de la station de Marcillac ». Le cahier des charges présenté par M. Jardel, directeur des Houillères de Decazeville, fut approuvé, le 16 avril 1909, par Louis Barthou, ministre des travaux publics, des postes et des télégraphes, avec défense pour la compagnie d’y établir  un service public de transport.

L’arrêté préfectoral, du même jour, qui précisait les territoires d’implantation, à savoir les communes de Salles-la-Source et de Marcillac, sur une longueur totale de 6.657,45m. dont 1.959,45m. sur la commune de Marcillac, dut être affiché, dans chacune des deux communes, tant à la principale porte de l’église qu’à celle de la mairie et inséré dans le journal « Le Courrier de l’Aveyron » publié à Rodez.

Dès le 15 mai 1909 débutent les travaux de construction de la station de chargement de Férals.

Un jugement du 15 juin 1909 prononce l’expropriation des propriétés, ou portions de propriétés, désignées dans les états parcellaires, au profit de la S.A. Commentry-Fourchambault-Decazeville, pour l’implantation des installations du chemin de fer aérien, et ce pour en prendre possession le 7 juin 1910.

Le 15 novembre 1909 débute : la construction de la station de déchargement à Marcillac, des pylônes, des ponts et abris. Les travaux de la gare de Marcillac sont pratiquement terminés en septembre1910. La construction de la ligne, confiée à la maison Richard, spécialiste de ces installations, a demandé 8 mois. Le travail le plus laborieux a été l’assiette et le montage des pylônes. La plus grande portée entre deux pylônes était de 450 mètres. Le diamètre du cable porteur était de 40mm. Vitesse : 150m. à la minute. Nombre de bennes : 130.

La mise en service de ce chemin de fer aérien a démarré en 1911, il y a tout juste 100 ans, signant l’abandon du transport du minerai de fer par la voie ferrée à traction animale de la Vallée du Cruou.

(Extrait de « Une page d’histoire proposée par Jean Olivié –  Bulletin Municipal de Marcillac-Vallon – N°4 – Juin 2011)

Pour en savoir plus, le site  de Jean RUDELLE, www.zapgillou.fr/mondalazac, (ou accès via  www.ferrobase.fr) vous propose en 13 chapitres une découverte de l’histoire minière du causse Comtal: Marcillac fut une étape importante sur cette Route du Fer, du causse aux usines.

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

lectus Nullam mattis Phasellus felis vel, tristique Sed