Guerre des écoles

(Réf : « Journal de l’Aveyron » des 24.02.1883 ; 02.03.1883 ; 07.03.1883)

Au mois de février 1883, un scandale éclate à Marcillac. Un frère est renvoyé pour attentat à la pudeur sur un de ses élèves. Les républicains demandent la laïcisation des maîtres de cette école.

Le 19 février, malgré l’appui de la municipalité et des délégués du conseil pour qu’il conserve sa place, le frère Irlide, directeur de l’école libre, est remplacé par un instituteur laïque désigné par l’inspecteur d’académie. Ce dernier et Mr l’inspecteur primaire viennent, ce 19 février, installer les instituteurs laïques. L’ancien instituteur de Souyri, désormais directeur de notre école laïque adresse un discours de sept mots aux enfants en classe : « mes enfants, je vous donnerai des fusils ».

Le lendemain, lorsque les nouveaux instituteurs laïques viennent prendre leur poste, ils trouvent porte close. Monsieur le maire, qui a les clés, refuse de leur ouvrir l’école car ceux-ci ne peuvent présenter aucune pièce officielle émanant de la préfecture ou de l’autorité académique. Il leur précise qu’il ne peut ouvrir les portes de l’école à des étrangers qui se disent instituteurs. Sur ces entrefaites, le tocsin donne le signal d’alarme, comme au jour d’une calamité publique. Aussitôt les rues se remplissent d’hommes, de femmes et d’enfants qui accourent en toute hâte poussant des cris et des huées à l’adresse des maîtres laïques qui, épouvantés, prennent la fuite et vont se cacher dans l’auberge qui leur a donné l’hospitalité. Les habitants des villages de Bramarigues et Gipoulou, depuis le sommet du Cayla, joignent leurs protestations à celles de la population de Marcillac.

De nombreux élèves quittent l’école laïque emportant leurs livres et se font inscrire à l’école libre. Le 2 mars 1883, les trois instituteurs de la nouvelle école communale ne comptent ensemble que douze élèves dont trois étrangers à la commune.

Les frères ont dû se transporter au Touriol, dans un local de fortune. Entre temps, un terrain Avès est acheté, en face, et la population bâtit, en 1891, leur nouvelle école (devenue aujourd’hui salle paroissiale) qui est inaugurée et bénite  le 1er mars 1892.

 

 

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

Nullam dolor. Aenean eleifend vulputate, ut Donec elit.