Géologie et habitat

GEOLOGIE

« Entre les profondes entailles des vallées du Cruou, au sud, et du Dourdou, au nord, la crête du Grandmas forme une longue arête d’orientation est-ouest de calcaires et de marnes du lias inférieur, plaqués sur les grès rouges du permien : le contact est très visible autour du Grandmas, sur les entailles des routes qui montent de Marcillac ou de Mouret. Cette crête porte à son extrémité occidentale la chapelle de pélerinage de Saint-Jean-le-Froid, superbe belvédère sur le paysage environnant.

Près de Gipoulou, comme partout sur la bordure nord des petits causses, on observe, au dessus des grès rouges du permien, le niveau de grès blanc surmonté de marnes grises à traces de racines qui représentent un sol de mangrove établi sur une vaste surface marécageuse. Un peu de gypse dispersé dans les marnes confirme le caractère lagunaire de ces dépôts qui marquent la transition entre le régime continental des grès permiens et le régime marin du lias supérieur.

 

Les grès rouges ont été abondamment utilisés pour les constructions, en raison de leur grande facilité de taille en moëllons parfaitement équarrissables, et des bourgades entières sont caractérisées par l’architecture aux murs parfaitement dressés qu’ils permettent : Villecomtal, Marcillac, Saint-Cyprien entre autres. Mais le manque de cohésion, due à la présence de fines particules argileuses, entraîne souvent leur corrosion rapide. Les niveaux les plus clairs, pauvres en éléments argileux et ferrugineux, forment les matériaux les plus résistants.

 

HABITAT RURAL

 

VALLON : Territoire de collines arrondies que sillonnent en tout sens d’innombrables ravins plantés, ici ou là, de vignes en terrasses.

Les constructions sont essentiellement élevées de murs en grès rouge (présence d’oxyde de fer). Certaines façades sont encore enduites d’un beau mortier de chaux grasse et sables du pays. Les toitures de lauzes de micaschiste sont généralement à deux versants, à pentes très accentuées et coyaux. Plus rarement à croupes, les toits sont ouverts de petites lucarnes à capucine. Les fermes regroupées en petits hameaux, sont dispersées. De nombreuses annexes, liées aux activités multiples d’une vie autarcique (étables, écuries, granges, porcheries, fournils, poulaillers, séchoirs à châtaignes) sont construits autour d’une cour empierrée. Cet espace peut être ouvert. Quelques fermes très anciennes sont fermées par de hauts murs franchissables par un porche couvert ou non.

 

CAUSSE COMTAL : Plateau calcaire à élevage ovin dominant, parsemé de cabanes de bergers (caselles) et murets en pierre sèche.

Habitat regroupé autour des points d’eau. Bâtiments autour d’une cour pavée. La (montade) montée vers la grange-étable est caractéristique tandis que la maison sur cave ou bergerie est desservie par un escalier extérieur à perron couvert. Toitures à coyaux couvertes principalement d’ardoises du Cayrols. Un mur d’enceinte fermant la cour peut être franchi par un portail en fer forgé ou par un porche couvert.

 

                          (extrait de « Géologie et Patrimoine du Rouergue » – de René Mignon – 2007)

 

Originally posted 2014-06-23 12:04:20. Republished by Blog Post Promoter

quis, venenatis, elit. id, id ante. nunc justo Phasellus