Chemins de fer (dans la commune de Marcillac)

(d’après le Bulletin Municipal n° 7 – 1980)

En 1851, le préfet annonce au Conseil Général le projet de construction d’une ligne de chemin de fer qui reliera Montauban à Rodez, en passant par Marcillac. Un décret impérial du 26 juillet 1855 en concède la réalisation à la Compagnie du “Grand Central” en indiquant comme points obligés : une station sur le faite qui domine Marcillac, un autre à Cadou, à cause d’un embranchement vers les mines de Mondalazac, et enfin une gare au-dessous de Rodez.

Notre Conseil Municipal accepte à l’unanimité l’installation d’une station de chemin de fer sur le territoire de la commune.

Le tronçon Montauban-Saint-Christophe fut mis en exploitation le 1er septembre 1858 tandis que Saint-Christophe-Rodez attendit le 5 novembre 1860 pour être opérationnel. En 1861, il y a quotidiennement trois arrivées et trois départs des courriers de Marcillac à Rodez par chemin de fer. Les arrivées ont lieu à 1 h. du matin, à midi, et à 19 h. Les départs à 5 h. à midi et à 17
h.

Deux tunnels entourent la gare de Marcillac. Au nord, celui qui se dirige vers Saint-Christophe, dit “de Marcillac”, mesure 205 m. Au sud, celui qui se dirige vers Nuces, dit “de Fau”, mesure 328 m.

 

La Société des Forges de Decazeville, qui utilisait pour le transport du minerai de fer de Férals, le chemin Solsac-vieux, Marcillac, Saint-Christophe, Hymes, Firmi, décide dans le même temps d’ouvrir entre Decazeville et Marcillac, une autre ligne de chemin de fer pour le transport de ce minerai. Les travaux sont réalisés entre 1849 et 1856. La ligne traverse neuf tunnels formant une longueur totale de 3.200 m, et a nécessité la construction de deux viaducs et d’un pont américain. Les deux tunnels de Marcillac mesurent ensemble près d’un kilomètre et demi. Le viaduc de Marcillac, dit Pont-Rouge, composé de 15 arches, a une longueur totale de 150 m.

 

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter