Cepage local : le fer servadou

« Celui qui peut se revendiquer (en parlant des vins aveyronnais) d’être l’héritier direct des moines de Conques se nomme le « Marcillac ». C’est lui qui fut encore vendu récemment par les « bougnats » parisiens et qui fit la renommée du fer servadou, ce cépage que l’on nomme ici vigne » >mansois ou SOUMANSES. Son étymologie évoque son bois « dur comme fer » et sa facilité à être conservé (servadou) grâce à de riches tanins. Dans sa robe rouge aux reflets violets, le vin qui en est issu a toujours été apprécié pour son originalité rare car « il a su conserver un arôme et un goût de… raisin », comme l’écrit Gilbert Garrier dans le Larousse de l’Histoire sociale et culturelle du vin ».

Cette identité il l’acquiert sur un terroir particulier, celui des coteaux argilo-calcaires des « rougiers », creusés par les ruisseaux du Créneau et de l’Ady, affluent du Dourdou.

Lieu de rendez-vous des influences continentales, océaniques et méditerranéennes, le vallon de Marcillac bénéficie d’un microclimat qui, depuis le IX° siècle, est idéal à la vigne élevée en terrasses…

Avec un nez qui rappelle les fruits rouges des bois, le Marcillac exhale des arômes qui s’épanouissent en bouche, évoquant subtilement la framboise sauvage, la prunelle et le cassis. Ce sont là les atouts d’un vin qui, dans sa jeunesse, trahit une certaine âpreté due à de puissants tanins, pour s’arrondir merveilleusement avec le temps, devenant souple, charpenté et ample au bénéfice d’une longue conservation ».

       (Extrait de : « Reflets de l’Aveyron, terre de pierres, d’eau, d’air et de feu » de Véronique Herman)

« Jean-Marc GOMBERT, le président de cette cave (coopérative de Valady) qui regroupe une quarantaine de producteurs, aura tout loisir de raconter avec la passion qui l’anime l’histoire du vigne » >mansois, cépage rustique originaire du nord de l’Espagne, arrivé chez nous au IX° siècle via les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle… »

 

    (Extrait d’un article de Bernard Segonds paru dans « La Dépêche du Midi » du 10 juin 2011)

 

« Braucol, ou Brocol, ou… fer servadou, ça vous parle davantage peut-être ? Le Braucol, ou fer servadou, donc, est un des cépages rouges typiques du Sud-Ouest. En particulier, c’est LE cépage du « Marcillac » (appellation aveyronnaise), et l’un des cépages des « Gaillac » rouges par exemple (en général assemblé aux autres cépages de l’appellation, à savoir Duras, Syrah, Gamay et Cabernets). C’est un cépage plutôt tannique, plutôt puissant, plutôt fort en caractère, parfois rustique. Réputé un peu sauvage, il nécessite beaucoup d’attention pour bien l’apprivoiser.

On lui prête ces caractéristiques à ses problables origines montagnardes, puisqu’il serait issu des lambrusques pyrénéennes, et aurait été transmis par les moines de l’abbaye de Conques, dans l’Aveyron. On raconte qu’il serait même l’ancêtre des Cabernets ».

 


Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter

dictum pulvinar dolor ut adipiscing non