Une Ville riche en histoire

Une ville marquée de témoignages du passé. Lire la Suite »

Les Croix des chemins

Découvrez une galerie de photos dédiée aux croix jalonnant les chemins serpentant les Vallon de Marcillac Lire la Suite »

Vin et Viticulture

Au delà du vin, la viticulture est depuis des siècles une richesse culturelle et patrimoniale du Vallon Lire la Suite »

L’exploitation de la mine de fer

Découvrez les derniers vestiges de l\\\\\\\\\\\\\\\'exploitation de la mine de fer de Férals Lire la Suite »

 

Chansons – poèmes

Sonnet : le temple de Cadayrac

C’est à l’ombre d’un chêne isolé qui s’érige Sur le Causse, comme un nuage safrané, Que par un soir d’automne un pâtre m’a donné Ce bronze de Tibère où s’efface un quadrige.   En gardant ses moutons il l’avait recueilli

« Lou saumonsès », de Gustave et Gaston Bessière

Per que lou bi d’oquel boloun Gardé toujoun Soun biel rénoun Io pas qu’un plont que nous counbengo Un plont froncès Que l’opelèn, dins nouostre lengo, Lou saumonsés, lou saumonsés. Lou saumonsés o belo ordour Et so sentour Es uno

Proverbes et dictons locaux en Occitan

Uno filho, brabo filho Douos filhos, prou de filhos Trés filhos, trouop de filhos Quatre filhos et lo maïre Cinq démouns countro lou païré Lo correto gasto lou cami, Lo fenno l’houomé, et l’aïo lou bi. Doun maï louon gratto

Lou païssel de Marcillac

Chanson des vignerons   –   Air de la Paimpolaise   (« La Reine du Vallon » – octobre 1931)                          1 Grands aubres fiers de bostro forso Des pijous foguès

L’exilée du Vallon

(musique de Silvio Pellico Massini) – 1 – Le soir quand de Paris, les rumeurs et les fièvres Dans leur tourbillon fou ne m’emprisonnent plus Quand je rentre, rêveuse, une chanson aux lèvres C’est pour chanter ma peine et mes

Poèmes « l’Ady » et « le Créneau »

    L’ADY (Extrait de « La Binho » de A. Lafeuille 1937) « Per Paris la grande ribieiro Coumo se diou, tout de prumièiro ; N’auren be prou de nostr’Ady Dé Clarabals à Balady Que, pauzat, sans bruch se permeno Cufé de

« Lo bèlo Bitorino », de Gustave et Gaston Bessière

Efonts de Morcilhac, Per fa mounta lou sac, Encaro un couop d’esquino ! Et, se lou sac es dur, Conten, toutes en cur, Lo Bèlo Bitorino. Lebado boun motis, Fo bioure lous coutis, – Encaro un couop d’esquino ! –

Hymne à Marcillac la romaine

O combien tu es beau, au fond de la vallée Pays qui m’as vu naître. Vingt siècles avant moi, le Romain t’appréciait, Il faut le reconnaître, Puisqu’un jour, sous le pic d’un humble terrassier, L’on vit réapparaÎtre Les objets familiers

Au vin de Marcillac

EN MARCILLACOIS Tu n’es ni Bordeaux ni Bourgogne Mais natif en Marcillacois Et lorsqu’on te pince la trogne On te trouve un je ne sais quoi De clairet comme la fontaine, De simplet en conversation, Mais sympathique de bedaine Et

Saint Jean-Le-Froid

C’est à Saint-Jean-le-Froid Qu’a resurgi ma foi. L’humble chapelle coiffe un mont Qu’on voit de tous les horizons. Pourtant toujours mes promenades Avaient dédaigné l’escalade. Il a fallu que des enfants Me demandent obstinément De les conduire à cette messe

2bff81a7968055590bfed7f67e9c208c000000000000000