Au temps des vendanges, en 1810, à Marcillac.

(Extrait du rapport sur les moeurs et les usages des habitants de l’Aveyron, adressé à son Excellence le Ministre de l’intérieur, par le Préfet de ce département).

“Il est une époque de l’année où les habitants de Rodez semblent avoir changé de caractère. C’est la saison des vendanges. Les propriétaires aisés, qui possèdent des vignobles dans le canton de Marcillac et dans les vallons voisins dont cette petite ville, située à sept kilomètres de Rodez, forme le chef-lieu, s’y rendent avec leurs familles. La récolte de vin est l’occasion du voyage ; mais le plaisir est le but .

On a laissé à la ville les affaires et les chagrins ; plus de moyen, plus de froideur. Les voisins, de simples connaissances,  qu’on revoit dans ces beaux vallons, sont d’anciens amis qu’on a le bonheur de retrouver après une longue séparation. On leur prodigue avec empressement  les soins de l’hospitalité la plus affectueuse. Les familles se visitent, se traitent, tour à tour ; ce sont des fêtes et des amusements continuels, où président la franchise et la gaîté”.

Originally posted 2012-07-29 17:33:58. Republished by Blog Post Promoter